21 octobre 2017

L’harmonie n’est jamais donnée…

Je lisais une citation de Simone de Beauvoir qui dit : Entre deux individus, l’harmonie n’est jamais donnée, elle doit définitivement se conquérir.

Et ça m’a rappelé une réflexion que je me faisais il y a quelques jours.
Vous savez parfois vous vivez des moments parfaits avec votre cheval, tout semble fluide, tout se passe bien, vous vous sentez comblé(e).
Et puis le lendemain tout semble aller de travers, et vous commencez à vous demander ce que vous avez fait de mal. Ça vous parle ?

En tout cas cela m’est arrivé récemment, je vais vous raconter.
Avec mes chevaux, j’essaye d’être le plus calme, et claire possible quand je leur demande quelque chose.
Je cherche des solutions adaptées à chaque cheval et chaque exercice, afin que ma demande paraisse facile. Ainsi, le cheval est plus enclin à me dire « oui ».
Il y a quelques jours, je travaillais sur un nouvel exercice avec Ecume. Cet exercice se travaille au galop, et demande une certaine autonomie. C’est un exercice qui est à la fois physique et mental donc. Et puis elle n’y arrivait pas, sauf que moi je voulais absolument qu’elle réussisse ! Et c’est là qu’elle a commencé à me dire « non ».

Ecume a énormément de volonté et de générosité en elle. Si elle me dit « non » c’est que quelque chose ne va pas (venant de moi, ou venant d’elle).
Quand je dis que ça vient d’elle, je pense à des douleurs physiques ou courbatures qui vont l’amener à dire « non » par moments, car elle se respecte assez pour ne pas tirer sur son corps.
Quand je dis que ça vient de moi, cela peut être diverses choses, mais souvent ce sera un manque de clarté de ma part, manque de calme, ou de détente (corps crispé).
MAIS cette fois ci ce n’était rien de tout ça, et un peu de tout ça à la fois !

En fait Ecume est partie en liberté (alors qu’elle ne part jamais) et d’abord je me suis demandé « qu’est ce que j’ai mal fais ? pourquoi elle part maintenant, alors que je pensais avoir règlé le problème définitivement ? (elle se barrait beaucoup en liberté avant il y a quelques années, et c’est d’ailleurs ce qui m’a poussé à changer mes principes de base de travail des chevaux, pour limiter leurs comportements de fuite et favoriser l’ancrage).
Et en fait j’ai remarqué que je me mettais la pression pour réussir cet exercice. Et comme je me mettais la pression à moi-même, cette pression se répercutait sur ma jument !
Les chevaux n’aiment pas la pression…(les humains non plus d’ailleurs) et quand ils se sentent mal, ils ont envie de fuir, tout simplement !

Cela m’a rappelé que :
« Entre deux individus, l’harmonie n’est jamais donnée, elle doit définitivement se conquérir. »

Que si vous pensez règler un problème définitivement, vous vous trompez. Lorsque nous parlons de relationnel, tout est toujours à harmoniser, à fluidifier. Tout est en mouvement, tout change dans la nature, rien n’est figé. Ce n’est pas parce que votre relation est merveilleuse avec votre animal aujourd’hui que cela restera inchangé. De même, ce n’est pas parce que cette séance était moins agréable que les suivantes le seront aussi.
Rappelez vous : tout change, tout bouge !

Cela m’a rappelé aussi que le calme, la clarté, le fait de ne pas se mettre la pression, c’est du « fitness émotionnel » au quotidien. Si vous arrêtez de pratiquer, vous retombez dans des vieux schémas d’habitudes qui ne vont pas être bénéfiques pour la relation.
Parfois on « oublie » aussi d’utiliser les ingrédients qui fonctionnent, parce que nous avons été habitué à en utiliser d’autres (qui fonctionnent moins bien) pendant très longtemps.